AEROLAC, Annecy, 16-17 Juin

AEROLAC 2018…

Plus rien à voir avec une J.P.O.: Annecy a enfin renoué avec les grands meetings aériens que cette ville, la Haute-Savoie et les régions environnantes, y compris la Suisse voisine, méritent incontestablement.
Cette année, sur 2 jours, dès le matin mais aussi jusqu’au sunset, les spectateurs émerveillés ont pu voir le ciel Annécien se ré-animer
Du Bronco aux Vari-Eze des Reva, ces drôles de machines aux mains de pilotes extraordinaires
 
des Albatros de Sparflex
aux Stearmans, « T6 Zéro » et Pilatus P2 d’AéroRétro
 
des 3 Swifts au top, émouvants au Sunset
sans oublier le  magnifique Stemme de René Dousset
et  l’ULM pendulaire de Jean-Luc « Le Duo », également artiste au sunset
    
les paramoteurs de l’équipe Macfly, un Jodel-ULM solo:
mais aussi 2 Jodels en patrouille pilotés par de vrais moustachus, aussi discrets que galonnés (Jean-Louis Chatelain, pilote de Concorde, Michel Dunant, pilote de MirageIII et de A 380, tous deux estampillés « Air France »)
…….
les regards enthousiastes, les applaudissements à tout rompre ont prouvé, une fois de +, à quel point grands et petits attendaient cet événement depuis des lustres.
Côté hélicos, comme toujours, « Dragon », véritable ange gardien des populations, nous a bluffés par la précision de ses démos, alors que le petit « Colibri » nous a scotchés par la maniabilité de cet appareil piloté de main de maître.
Quant à nos 2 Caps10, l’équipe d’Aérolac leur avaient réservé une part de choix, tant dans le planning des vols (juste avant les Sparflex qui volaient en dernier) que sur l’affiche de la manifestation.
En ouverture de l’après-midi, Adam et son Piper ont tout d’abord effrayé, puis fait rire la foule dans son numéro d’« Ademaï Aviateur », commenté par Marianne, et organisé avec la TWR et les pompiers, jouant le jeu en sillonnant la plate-forme avec camion et gyrophare, et laissant au sol un « instructeur désemparé » en la personne de Jacques Laîné, ex-navigateur à Air France et Pdt du R.S.A.
La sono était assurée par une bande de 3 garçons très sympas et très pros, de la Cie BYS, gérée par Maxime Bailles, et le commentaire par l’infatigable Pierre-Paul Ménégoz.
La direction des vols était assurée par Thomas Joron et Pascal Jakobs
Au sol, Fernando Garay dans son rôle de starter, fut parfait
Pour ma part, j’ai déploré l’absence des ballons, habituellement gonflés sous l’oeil expert de Michel Passetemps, Pdt d’Aérolac
Discret et omniprésent, Jérôme Pannetier, responsable d’EDEIS, avait, à sa façon et dès le début, lui aussi tenu à bout de bras l’événement
Mais, comme toujours, rien n’aurait été possible sans l’équipe de bénévoles et des secouristes:
A peine entrés dans ce monde fascinant rappelant le rêve d’Icare, les spectateurs prenaient conscience qu’ils allaient passer un moment spécial, dans un univers « sanctuarisé » (mot désormais à la mode!) et original, où même la monnaie utilisées pour payer boissons et déjeuners aux food-trucks en place, était frappée à l’effigie de l’événement, puisque les Euros étaient remplacés par des « Eurolac ».
Des photographes venus de loin en France, mais aussi de la Suisse voisine, ont permis d’immortaliser de fantastiques images: Merci à Quentin (French Airshow TV), « Nanou » et sa vision aussi artistique qu’originale:
Pascal Fournier venu du Valais, Yann, Suzanne, amie de longue date qui, par sa présence et son sourire, rappelait que, discrètement, tant d’Annéciens et Annéciennes attendaient de revoir enfin voler des avions de voltige! Mais elle n’était pas la seule: ce fut l’occasion de retrouver, pêle-mêle, et un peu « comme dans les rêves », amis, patients et copains, le masculin l’emportant encore sur le féminin… mais uniquement pour la syntaxe!
Je ne sais pas si, du haut de leur colline ou du fond de leur jardin, quelques riverains « anti-aéroport » ont, à tout hasard, levé les yeux pour profiter du spectacle… Cela leur aura(it) permis de comprendre qu’on ne peut pas aller contre ce qui est beau, ce qui est juste, et surtout qui plaît au + grand nombre.
Même la météo, qui a tenu jusqu’au bout de ces 2 merveilleuses journées malgré une prévi douteuse en début de semaine, a permis la réussite de cet événement qui laissera des souvenirs à tous, petits et grands. Vu l’enthousiasme de certain(e)s gamin(e)s et de leurs parents, voilà encore un meeting aérien qui, ayant fixé des images visuelles et auditives dans leur mémoire, sera sans nul doute à l’origine de vocations aéronautiques… + tard; mais la graine est semée et les vraies réussites – contrairement aux décisions « politiques » souvent prises au travers d’une vision de myopes, se jugent sur le long terme.
LONGUE VIE AUX FUTURS MEETINGS AERIENS DANS LE CIEL D’ANNECY!

8 Juin: Vol en rade de Genève pour Jaeger-LeCoultre

Fin Mai, nous sommes contactés par la firme Jaeger-LeCoultre, de Genève, à la recherche d’un événement spectaculaire à offrir à des clients pour lesquels un bateau de la Compagnie Genevoise de Navigation a été loué.


Malgré le très faible délai pour demander l’autorisation à « Special Flights Event », et avec la recommandation de Jörg Turnheer, de l’OFAC, nous avons obtenu la permission, non seulement de faire un « Coeur » en fumée, mais également quelques figures de voltige en amont.


Ce qui fut fait, hier soir vers 20:00, dans une fenêtre météo privilégiée, sur notre fréquence interne communiquée à la TWR de LSGG (Genève-Cointrin) qui, on peut le dire, nous a accueillis d’une façon bienveillante ++, au point de nous féliciter à l’issue pour le spectacle!

« Captens ready » – Arrivée point Sierra

Dans le « Morges », Aurélien ROBERT, à l’initiative de cette démo, de même que le Capitaine Hanggeli, étaient également à notre écoute pour présenter le bateau à l’endroit prévu, à l’heure dite, précision Suisse oblige!

Repérage du bateau:

« Smoke on »

Notre « monsieur météo personnel », Blaise Morand, nous avait passé la dernière, et le vol fut magique: lumière « anglaise », pas ou très peu de vent, un retour juste avant un grain menaçant du côté d’Evires.

« Willkommen und Abschied… »

Comme quoi, sans en faire toute une histoire, dans un monde très sérieux et lorsque les consignes sont respectées, on peut, sans autre forme de procès, voler sans stress au-dessus d’un grand lac, à proximité d’une très grande ville dotée d’un aéroport de 1ère catégorie…

Je me souviens d’une Convention de F.S.A., où sautaient aux yeux les différences d’attitude, de bienveillance et j’ose dire de compétence, des 2 administrations: la française et la suisse. Dans le premier cas, des prétextes, des excuses et des reculades. Dans l’autre cas, le sérieux, mais aussi l’ouverture d’esprit et l’enthousiasme de ce qui caractérise les aviateurs, les vrais.